Ah ces profs ! F Bayrou s’en mêle

UrgenceIls n’ont pas nécessairement bonne presse dans l’opinion publique et l’un de mes collègues , professeur d’anglais , me disant souvent : « quand on me demande ce que je fais professionnellement , j’évite en général de dire que je suis professeur ».
Comment peut-on « aimer » ces gens qui ne travaillent pas beaucoup (ils ont trop de vacances , ils n’enseignent que 15 ou 18 heures par semaine en collège ou en lycée , selon leur grade : agrégé ou certifié) , qui ne sont jamais contents , qui refusent les réformes (car ils n’aiment pas le changement, dit-on ) .Voilà , dits rapidement, quelques griefs formulés à l’encontre du corps enseignant .
Notre président de la République Nicolas Sarkozy (Canard Enchaîné du 29 juin 2011) ne disait-il pas « les professeurs du secondaire et du supérieur, notamment les agrégés , ne travaillent pas assez . Il faut proposer une réforme pour qu’ils travaillent plus » ? Ces propos ne traduisent-ils pas une méconnaissance profonde du travail de l’enseignant ?
C’est un fait que bon nombre de nos concitoyens , s’ils ne sont pas eux-mêmes professeurs , ou s’ils n’ont pas quelqu’un qui l’est dans leur famille , partagent ce point de vue .
Une blogueuse (pseudo :ulrika) écrit sur un forum : « Je ne suis pas prof mais ma soeur oui, et je peux vous dire qu’en dehors des vacances qui peuvent paraître longues, ce métier demande beaucoup, beaucoup de travail.. Comme tu le précises, d’abord les concours, puis les réunions de profs, de parents d’élèves, la préparation des cours, les corrections de copies, la patience face à certains élèves difficiles… NON, ce ne sont pas des fainéants, le nombre d’heures de cours ne tient pas compte de toutes les autres heures passées….
Cette blogueuse sait notamment une chose : des cours que l’on va enseigner , ça se prépare , ça se travaille , ça se réfléchit…. Alors , le temps de travail d’un enseignant va bien au-delà de 15 ou 18 heures hebdomadaires !
Quant aux réformes lancées par nos différents ministres (soucieux certainement de laisser leur nom dans les annales de l’Education Nationale) , il suffit de penser par exemple à la réforme des lycées mise en place en 2010 par Luc Chatel (on comprend aujourd’hui que l’objectif majeur était de réaliser des économies financières), pour se rendre compte que ces réformes ne sont pas à l’avantage de notre système éducatif , un système qui ne répond plus à sa vocation première .
L’article publié sur Médiapart (cliquer ici) nous dit quelques vérités …. 

« 2012 Etat d’urgence » , c’est le titre du livre que vient de publier François Bayrou . Il y écrit : « Jamais depuis cent ans au moins l’école – ceux qui la font, ceux qui y sont- ne s’est sentie à ce point incomprise et rejetée . Méprisée . Prise pour cible . Villipendée…..le démoralisation de tout un corps , de tout un ensemble….les profs, au boulot! Et personne pour les défendre. Personne pour expliquer qu’une heure de cours, ce sont des heures de préparation, de corrections, de lectures, de butinage intellectuel….. » . Ces quelques lignes à elles seules montrent déjà que François Bayrou est conscient de la situation . Il en dit davantage dans son livre que j’encourage à lire .
Ses deux priorités : Production et Education .

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Ecole. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.